Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2011

00-Préface

"Je déjeune en ligotant le baveux du morning. je fais du rififi en Suisse, je vous le dis. Trois colonnes à la une...", San-Antonio dans 'Au suivant de ces Messieurs'

Je déjeune en ligotant le baveux du morning. Je fais du rififi en Suisse, je vous le dis. Trois colonnesà la une

1.jpgCe soir-là, comme d'habitude, Éléphant Rose s'installa à son pupitre.

Son PC trônait devant lui en pièce maitresse. Il éclairait la pièce.

Il venait de toucher un petit pactole pour ses œuvres de bienfaisance ou de malfaisance. Client ou fournisseur, qui était qui? Là était toute la question. Persécuteur ou victime consentante.

Il repensait à reculons, à la veille, aux mois qui venaient de s'écouler. Tout avait changé dans sa vie et pourtant tout semblait identique.

Toute l'architecture de ses idées était sur papier, sur un organigramme, comme toujours. La seule différence, c'était qu'au lieu, d'y être gratuitement inscrit, tout avait pris de la valeur. Il ne lui restait plus qu'à passer à la phase « exécution ».

Mais il avait beaucoup à penser et cela enfumait ses neurones. Beaucoup trop en tête et ça s'y bousculait un peu. Avant de commencer, il aurait voulu se payer un peu de retours sur investissements avec sa logique toute particulière.

En très peu de temps, tout avait tellement changé dans sa vie.

Il revivait en mémoire ses jours de vaches enragées, de vaches maigres, pendant lesquels son seul souci, c'était de finir son mois sans être raide du côté portefeuille.

Il avait le sentiment d'être devenu un Judas moderne, un homme de main au service de la mafia.

En plus, s'il ne savait le "pourquoi" il travaillait, le "pour qui" l'inquiétait encore plus. Son éducation assez puritaine n'aurait pas dû le mener à ce qu'il était devenu.

Mais, ce qui l'entourait ne lui permettait pas d'avoir des remords. Un retour en arrière réel, il ne pouvait plus l'envisager. C'était trop tard. Faire marche arrière était suicidaire. Et puis il perdrait tellement de choses auxquelles il avait pris goût.

Monter dans la hiérarchie des gens qui gagnent bien leur vie est bien plus facile qu'en redescendre les échelons.

Pourtant, il savait que tout devait avoir une fin, mais, cette seule pensée, jusqu'ici, le faisait peur.

08:53 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Tasse de café bien chaud. Un soupçon de lait. Pas de sucre. J'ouvre la première page du Rififi aux forums. Je parcours avec plaisir. L'attente sera longue pour la suite. Mais j'inscris dare-dare dans mes favoris ce nouvel opus en ligne. À la revoyure!

Pierre R.

Écrit par : Pierre R. Chantelois | 19/06/2011

J'espère que vous trouverez le même plaisir à le lire que moi, de l'écrire.
Le 1er chapitre sera déjà pour mercredi.
:-)

Écrit par : L'enfoiré | 20/06/2011

Mon cher ami. Nous veillerons au grain. Entre temps, je serai au rendez-vous de mercredi ;-)

Écrit par : Pierre R. Chantelois | 21/06/2011

Les commentaires sont fermés.